ven 24 août 2018 de 20h30 à 22H00

Grande salle

Des jours sans fin

de Sebastian Barry
lu par Mathieu Amalric

Invités : Mathieu Amalric, Sebastian Barry

Le livre

Fresque puissante et intimiste, Des jours sans fin conte l’histoire de deux orphelins irlandais fuyant la Grande Famine (1850) et venus tenter leur chance aux États-Unis. Ils se lient pour le meilleur et pour le pire. Engagés adolescents pour danser déguisés dans un saloon, ils basculent à l’âge adulte sur les champs de bataille, projetés dans l’horreur du génocide amérindien et de la guerre de Sécession. Malgré cette violence se dessine le portrait d’une famille, d’un couple inséparable aussi étrange que touchant, ayant adopté Winona, leur fille sioux bien-aimée. Une existence souvent âpre et entrecoupée d’un bonheur qui donne l’impression que le jour sera sans fin.

 

L’auteur

Sebastian Barry, auteur, dramaturge et poète irlandais s’est vu décerner, pour la deuxième fois – fait unique –, le prestigieux prix Costa pour ce roman inoubliable interrogeant l’identité de la nation américaine et celle de l’homme. Il a dédicacé ce livre à son fils dont il a accueilli avec soulagement la révélation de son homosexualité après une longue période de silence et de chagrin.

 

le comédien

Mathieu Amalric  est un acteur et un réalisateur français récompensé par trois Césars pour ses rôles dans Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle), Rois et reines, Le scaphandre et le papillon. Son dernier film Barbara, sorti en 2017 a été très remarqué. De la lecture, il dit : « L’exercice est très physique. Il ne faut pas l’aborder en acteur, plutôt le considérer comme un geste d’amitié (…) »
 

EXTRAIT

« Ce qui compte, c’est qu’on vit comme une famille. John Cole sait qu’il est né en décembre, en tous cas il a l’air de s’en rappeler, moi j’ai l’impression d’être né en juin, et Winona dit qu’elle est née pendant la pleine lune. On met ça dans un mouchoir et on décrète que le 1er mai, ça sera notre anniversaire à tous les trois. On décrète aussi que Winona a neuf ans, John Cole s’en donne vingt-neuf. Moi, ça doit m’en faire vingt-six. A peu près. De toute façon, peu importe notre âge, on est jeunes, John Cole est le plus bel homme de la chrétienté, et on est dans la force de l’âge. Winona est bien évidemment la plus mignonne des petites filles qu’un homme a jamais eu l’occasion d’avoir. »

 

à lire

Des jours sans fin de Sebastian Barry
Traduit de l’anglais par Laeticia Devaux

éditions Joëlle Losfeld, Gallimard, 2018

Lecture d’ouverture en présence de l’auteur.
Une courte rencontre avec Sebastian Barry se tiendra juste après la lecture.